Gabon         print

gabon

Daniel Ona Ondo

spacer

Ministre de l’Education Nationale

spacer

Daniel Ona Ondo est né le 10 Juillet 1945 à Oyem au nord du Gabon. Après ses études primaires et secondaires, il entre à l’université de Picardie en France après obtention de son baccalauréat au Lycée Léon MBA de Libreville (série D).
Il obtient son Doctorat d’Etat en Sciences Economiques en 1980 à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.
Professeur agrégé des Facultés de Droit et de Sciences Economiques et Enseignant à la Faculté de Droit et Sciences Economiques de l’Université Omar BONGO de Libreville, il a occupé les fonctions de : Doyen ; Conseiller Technique du Ministre de la Planification et du Développement de l’Economie ; Conseiller du Président de la République Chargé des Relations Commerciales, Industrielles et des Participations ; Recteur de l’Université Omar BONGO ; Membre du Gouvernement depuis 1997 en tant que Ministre Délégué auprès du Ministre de la Santé Publique et de la Population ; Ministre de la Culture, des Arts et de l’Education Populaire en 1998 ; Ministre de la Culture, des Arts, de l’Education Populaire, de la Jeunesse et des Sports, Chargé des Loisirs en 1999 ; Ministre de l’Education Nationale depuis 2002.
Il est marié et père de 7 enfants.

spacer

Comment améliorer le rendement scolaire du système éducatif: cas du Gabon

Au Forum Mondial sur l’Education de Dakar (Sénégal) qui a eu lieu en Avril 2002, l’exigence de qualité s’est révélé être la dimension la plus fortement soulignée dans la poursuite de l’objectif d’ « Education Pour Tous ». Dans cette perspective d’amélioration de la qualité de l’éducation pour tous, les jeunes de 12 et 18/20 ans, un diagnostic de notre système éducatif nous a paru nécessaire avant d’envisager quelques esquisses de solutions. Le diagnostic posé a révélé que, malgré les efforts accomplis dans ce domaine, notre système éducatif souffrait encore de nombreuses insuffisances.

Parmi ces insuffisances, nous pouvons citer notamment :

  • Les insuffisances liées au resserrement des contraintes budgétaires ;
  • Les insuffisances liées aux structures ;
  • Les insuffisances liées aux hommes ;
  • Les insuffisances liées au système ;
  • Les insuffisances liées à l’environnement défavorable.

Face à cette situation de crise, le ministère dont j’ai la charge a tenu à recentrer et à représenter ses objectifs en vue d’améliorer l’efficacité et la qualité de l’éducation. C’est ainsi que nous avons mis en place une stratégie sectorielle qui concerne : les infrastructures, la pédagogie et les ressources humaines.

En ce qui concerne les infrastructures, nous avons décidé de redimensionner les capacités d’accueil des établissements, de réhabiliter le patrimoine existant et de poursuivre la politique de construction.

Dans le domaine de la pédagogie, nous maintenons la distribution des fournitures scolaires dans le sens de l’équité entre tous les jeunes et la construction de laboratoires sans oublier la mise en place d’un programme de lutte contre le redoublement. D’autres réformes sont en cours au niveau de l’organisation des examens (BEPC et BAC) ainsi qu’au niveau des curriculums.

Quant au domaine des ressources humaines, nous continuons la formation des hommes, la revalorisation des ressources humaines (stage, séminaires, plan de carrière, meilleures conditions de travail), ainsi que le renforcement du contrôle par l’inspection générale.

Enfin, nous avons décidé de la mise en place d’un système de sectorisation, c’est-à-dire une organisation scolaire par zone, par secteur de la scolarisation.

Messieurs et Mesdames les délégués, tels sont en substance le diagnostic et les perspectives de solution en vue d’améliorer la qualité de l’éducation de tous les jeunes.

Je vous remercie.