Bureau international d'éducation
Tel.: +41.22.555.06.00
Fax: +41.22.555.06.46
Email

Content Section

« Les évaluations constituent l’un des éléments clés permettant de garantir une éducation de qualité » a affirmé la Directrice du BIE à l’occasion du Forum mondial sur l’éducation

La deuxième journée du Forum mondial sur l’éducation organisé en Corée a été consacrée le matin à des débats thématiques et l’après-midi à plusieurs tables rondes parallèles, permettant aux participants de débattre d’une vaste série de sujets et de problématiques en lien avec l’éducation. De plus en plus de personnes s’accordent à dire qu’une plus grande attention devra être portée à l’amélioration de la qualité de l’éducation au cours des quinze prochaines années. 

Portrait IBE Director Mmantsetsa Marope

Détails

Le BIE a participé à l’identification des éléments clés devant être communiqués au Groupe de rédaction du Forum et au résumé des principales problématiques abordées dans le cadre de la table ronde thématique organisée par l’UNESCO et intitulée « Placer l’éducation de qualité au cœur de l’apprentissage tout au long de la vie ». « Les évaluations constituent l’un des éléments clés permettant de garantir une éducation de qualité », a affirmé la Directrice du Bureau international d’éducation de l’UNESCO, la Dr Mmantsetsa Marope, lors de cette table ronde.

 

Les messages clés suivants sont ressortis de cette table ronde :

  • La qualité de l’éducation est un mouvement mondial, un état d’esprit et une notion déterminée par la société, qui doit être favorisée par un partage et un dialogue interculturels. Il s’agit d’une notion progressiste, temporelle, qui évolue au fil du temps et en fonction du contexte, et qui peut être considérée sous l’angle de différentes parties prenantes : les citoyens, les apprenants, les enseignants, les parents et les membres de la communauté. Il est crucial de maintenir le dialogue entre ces parties prenantes à différents niveaux en ce qui concerne les compétences fondamentales permettant de réussir dans la vie. Il est important que les voix des enfants/élèves et des enseignants soient entendues et qu’elles orientent les débats de fond portant sur la qualité de l’éducation.
  • Toute définition de la qualité doit tenir compte des langues, des conditions et des contextes locaux et nationaux, et doit s’inscrire dans une perspective d’avenir. 
  • Garantir la qualité de l’éducation consiste à mettre en place une approche globale et systémique qui mette l’accent sur l’inclusion, l’équité et l’efficacité des ressources et qui soit adaptée au contexte national et local, permettant ainsi de surmonter les obstacles liés au contexte.
  • Enfin, la qualité ne doit pas être simplement définie comme l’évaluation des résultats d’apprentissage dans un certain domaine ou une certaine discipline ; les outils d’évaluation simples ne seront pas suffisants. Lorsque les évaluations sont bien conçues, qu’elles sont utilisées à des fins éducatives, qu’elles sont adaptées à la fois au degré du système éducatif évalué et au contexte, elles peuvent contribuer de façon importante à l’obtention d’une éducation de qualité.
  • Dans les classes, l’accent devrait être mis sur les évaluations continues et formatives, et les enseignants devraient avoir une vision claire de l’objectif de toute évaluation, afin de soutenir l’apprentissage des élèves. 

 

Dans l’après-midi, le BIE a participé à la table ronde parallèle 1, intitulée « Élargir la vision : l’alphabétisation des jeunes et des adultes dans la perspective de l’apprentissage tout au long de la vie ». Cette table ronde axée sur l’alphabétisation a réuni les ministres de l’Éducation de l’Égypte, de la Mongolie et du Niger, ainsi que des représentants de l’UNESCO. Elle s’est penchée sur les problématiques à l’origine des faibles taux d’alphabétisation, un sujet de préoccupation mondial qui concerne également les pays à moyen et à haut revenu : dans le monde, quelque 781 millions d’adultes, dont deux tiers sont des femmes, ne savent ni lire ni écrire. 

 

Page web en relation: