Bureau international d'éducation
Tel.: +41.22.555.06.00
Fax: +41.22.555.06.46
Email

Content Section

Amélioration de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture dans les premières années du primaire dans trois pays africains francophones

Depuis 2013, le Bureau international d’éducation (UNESCO-BIE) et les ministères de l’Éducation du Sénégal, du Burkina Faso et du Niger ont travaillé en partenariat dans le cadre d’un projet ambitieux de renforcement des capacités visant à améliorer l’apprentissage de la lecture et de l’écriture dans les premières années du primaire.
gpeoctobre2015-1_0

Détails

« Améliorer les acquis de la lecture et de l’écriture dans les premières années du primaire : intégration du curriculum, enseignement, supports d’apprentissage et évaluation » est un projet d’une durée de trois ans financé par le Partenariat mondial pour l’éducation (PME). Il s’appuie sur les objectifs respectifs des ministères de l’Éducation concernés et sur les compétences techniques de spécialistes locaux et internationaux dans le domaine de la lecture et de l’écriture. Le projet a déjà permis d’accomplir d’importants progrès dans chaque pays et de dégager des conclusions utiles pour l’ensemble de la communauté éducative.

 

Un cadre de référence commun

 

Au cours de ce débat, les équipes nationales ont, sur la base des recommandations formulées dans le rapport, élaboré des plans d’action nationaux visant à améliorer les pratiques pédagogiques en mettant l’accent sur l’amélioration du matériel existant et l’élaboration de nouveaux documents pouvant être utilisés par les enseignants et les formateurs d’enseignants de chaque pays pour l’enseignement de la lecture dans les premières années du primaire. L’accent a également été mis sur le renforcement des capacités des formateurs d’enseignants, des superviseurs et des directeurs. Le processus de mise en œuvre a depuis lors été soutenu sur place et à distance par l’UNESCO-BIE par le biais d’activités de renforcement des capacités et de plusieurs ateliers techniques.

 

Au cours de ce débat, les équipes nationales ont, sur la base des recommandations formulées dans le rapport, élaboré des plans d’action nationaux visant à améliorer les pratiques pédagogiques en mettant l’accent sur l’amélioration du matériel existant et l’élaboration de nouveaux documents pouvant être utilisés par les enseignants et les formateurs d’enseignants de chaque pays pour l’enseignement de la lecture dans les premières années du primaire. L’accent a également été mis sur le renforcement des capacités des formateurs d’enseignants, des superviseurs et des directeurs. Le processus de mise en œuvre a depuis lors été soutenu sur place et à distance par l’UNESCO-BIE par le biais d’activités de renforcement des capacités et de plusieurs ateliers techniques.

 

Résultats par pays

 

Au Sénégal, les résultats attendus incluent des orientations nationales sur l’enseignement de la lecture et de l’écriture du français en tant que deuxième langue, ainsi qu’un document complémentaire sur l’enseignement de la lecture et de l’écriture du français destiné aux formateurs d’enseignants ; les deux documents mettent l’accent sur les trois premières années de l’enseignement primaire. Ces matériels élaborés sur mesure doivent aider les responsables de l’élaboration des politiques, les praticiens, les formateurs et les superviseurs à améliorer l’impact de l’enseignement de la lecture et de l’écriture grâce à l’intégration des innovations considérées comme cruciales et à la prise en compte des contraintes liées au curriculum et à la formation. Trois ateliers de renforcement des capacités (organisés à Dakar en janvier, en avril et en juin-juillet 2015) ont été consacrés à la réalisation de ces améliorations équilibrées et réalistes. Les différents ateliers ont permis de pré-valider les orientations nationales, lesquelles devraient être officiellement validées et mises en œuvre à la fin de l’année 2015.

 

Au Burkina Faso, trois documents complémentaires ont été élaborés par une équipe de spécialistes burkinabés nommés par le ministère : un guide pédagogique, une boîte à outils destinée aux enseignants et un module de formation amélioré destiné aux formateurs d’enseignants. Ces trois documents ont été élaborés afin de promouvoir une vision actualisée des contenus et des méthodes et de favoriser une meilleure harmonisation du curriculum. Le deux premiers ateliers nationaux ayant conduit à la validation officielle des documents ont eu lieu à Bobo Dioulasso en janvier 2015 et à Koudougou en mai 2015. Ils ont permis d’identifier les principaux enjeux, changements et révisions devant être pris en compte dans chacun des trois documents. Ces nouveaux matériels seront mis à l’essai dans le cadre de la réforme curriculaire nationale lancée en octobre 2015

 

Au Niger, l’accent a été mis sur l’élaboration de deux modules de formation pédagogique couvrant les quatre premières années de l’enseignement primaire et d’un guide correspondant destiné aux praticiens afin de traduire les nouveaux contenus de formation en pratiques éducatives. Les trois documents contribueront à la mise en œuvre du nouveau curriculum national lancé en septembre 2015, notamment en soutenant les sessions de renforcement des capacités devant être menées au cours de l’automne 2015. Ces sessions doivent offrir aux directeurs des écoles, aux superviseurs, aux formateurs d’enseignants et aux enseignants une meilleure connaissance des pratiques efficaces d’enseignement de la lecture. Ces documents ont notamment été élaborés par le biais de trois ateliers consacrés au renforcement des capacités coordonnés par l’UNESCO-BIE et le ministère de l’Éducation du Niger (Niamey, janvier 2015 ; Kollo, mai et août 2015), à l’instar des processus d’élaboration entrepris au Sénégal et au Burkina Faso.

 

Résultats généraux

 

Toutes les parties impliquées reconnaissent l’impact considérable du projet de l’UNESCO-BIE et du PME sur les résultats de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture dans chacun des trois pays partenaires. En sus des résultats attendus dans chaque pays, « Améliorer les acquis de la lecture et de l’écriture dans les premières années du primaire : intégration du curriculum, enseignement, supports d’apprentissage et évaluation » a permis de dégager des conclusions importantes, qui, nous l’espérons, se révèleront pertinentes au-delà des pays et des systèmes éducatifs impliqués dans ce projet de trois ans. Ce dernier vise à renforcer au niveau international les connaissances des forces et des faiblesses des curricula relatifs à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture au cours des premières années du primaire.