Bureau international d'éducation
Tel.: +41.22.555.06.00
Fax: +41.22.555.06.46
Email

Content Section

Amélioration des résultats en lecture préscolaire en renforçant les capacités des enseignants de l’Afrique de l’Ouest

Des connaissances basiques en lecture pourraient entraîner une réduction de 12% de la pauvreté mondiale
 
Un projet de trois ans intitulé «Améliorer les résultats d'apprentissage en lecture préscolaire: Intégration du curriculum, de l'enseignement, du matériel d'apprentissage et de l'évaluation », dans trois pays d'Afrique de l'Ouest: le Burkina Faso, le Sénégal et le Niger sera clôturé le 31 Janvier 2017.
 
Lancé en 2013 par le Bureau international d'éducation (BIE-UNESCO) et parrainé par le Partenariat mondial pour l'éducation, le projet visait à aider les trois ministères de l’Éducation à améliorer les résultats d'apprentissage en lecture et l'efficience de leurs systèmes éducatifs de base.
 
«Pour faire face à la crise actuelle de l'éducation à la lecture préscolaire au niveau mondial, plutôt que de nous concentrer sur l'accès à l'école, il est essentiel de nous concentrer sur les résultats d'apprentissage», a déclaré Mme Amapola Alama, chargée du projet au BIE-UNESCO. Elle a poursuivi: «L'objectif de notre projet de trois ans a été de permettre aux enseignants de dispenser des cours de lecture préscolaire efficaces, en leur fournissant des conseils, des stratégies et des outils pour améliorer le curriculum et les pratiques pédagogiques.
 
Les principales étapes du projet comprennent :
 
  • 2013. Trois fonctionnaires ministériels de chacun des trois pays, dont les réalités éducatives et sociales sont comparables, ont été choisis pour accomplir le programme de diplôme en curriculum du BIE-UNESCO dispensé par l'Université de la Tanzanie ;
 
  • 2014. Une étude diagnostique a débouché sur un rapport intitulé « Enseigner et apprendre la lecture dans un contexte multilingue : analyses, observations et recommandations pour trois pays subsahariens (Burkina Faso, Niger, Sénégal) » (BIE-UNESCO) afin de concevoir des plans d’action pour mettre en œuvre un enseignement efficace en lecture ;
 
  • 2015. Ainsi, un certain nombre d'activités de renforcement des capacités ont eu lieu avec le soutien du BIE-UNESCO, afin de lancer la production de plusieurs documents de curriculum, y compris une vision nationale sur la lecture, un guide pédagogique, un référentiel, des modules de formation des enseignants;
 
  • 2016 à 2017. Des ateliers de renforcement des capacités, s'adressant aux concepteurs de curriculum, aux formateurs d'enseignants, aux directeurs d'écoles et aux enseignants sur la façon d'améliorer l'enseignement et l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, ont été organisés afin d'utiliser les nouveaux curricula produits depuis 2015. Lors de la session de clôture au Burkina Faso du 17 au 19 janvier, le BIE-UNESCO et les pays présenteront les résultats de la mise en œuvre du projet et réfléchiront sur la manière de garantir leur durabilité au-delà de la durée du projet.
 
Le projet de 3 millions de dollars a attiré l'attention sur l'importance d'une éducation de qualité en tant que condition essentielle pour que les enfants apprennent à bien lire au cours de la petite enfance. Il a également mis en évidence la corrélation entre l'efficacité des systèmes éducatifs et l'alignement des curricula sur le matériel pédagogique, la formation et l'évaluation.
 
Dans chaque pays, les responsables de réformes plus larges de curriculum (également engagés dans les réformes du curriculum de lecture préscolaire) ont mieux compris ces deux facteurs clés de la réussite en éducation. En soulignant le fait que toutes les unités de chaque ministère de l'Éducation doivent travailler de façon coordonnée et s'assurer que tout le monde comprend ce qui est mobilisé pour enseigner la lecture aux enfants, le projet a jeté les bases du développement de systèmes éducatifs permettant  sans cesse des résultats d'apprentissage positifs pour tous.
 
À l'échelle mondiale, environ 250 millions d'enfants qui fréquentent l'école primaire dans les pays en développement ont des difficultés à lire même des mots simples. Au cours des deux dernières décennies, les politiques nationales en matière d'éducation et l'aide internationale à l'éducation se sont principalement concentrées sur l'amélioration de l'accès à l'école primaire et sur les taux de réussite. Les progrès ont été stables en ce qui concerne ces deux indicateurs. Actuellement, il est nécessaire de s’assurer plutôt que les enfants scolarisés apprennent réellement. Si tous les élèves des pays à faible revenu quittent l'école avec des compétences élémentaires en lecture, 171 millions de personnes pourraient être sorties de la pauvreté. Cela équivaut à une réduction de 12% de la pauvreté mondiale (Rapport GEM).
 
Outre les ministères, le BIE-UNESCO a collaboré avec des partenaires tels que l'Agence française de développement (AFD), l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), la CONFEMEN et plusieurs universités: l'Université de Genève (Suisse), l'Université de Sydney), l’Université de Koudougou (Burkina Faso), l’Université du Cheikh Anta Diop (Sénégal) et l’Université d'Abdou Moumouni (Niger).
 
Pour en savoir plus:
 
 
Actualités en français du Burkina Faso (aller à  la minute 15:45 de la vidéo): http://www.rtb.bf/2017/01/jt-de-20h-du-18-janvier-2017/
http://www.ibe.unesco.org/en/activity/improving-reading-outcomes-early-years-primary-school
http://www.ibe.unesco.org/en/news/ibe-unesco-present-its-reading-project-cies-2016
UNESCO: Rapport mondial de suivi pour l’éducation : http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002193/219349E.pdf
 
Contact:
Amapola Alama, Spécialiste de programmes, BIE-UNESCO: a.alama@unesco.org

Télécharger

FRE